AccueilPortail*FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
 
Bienvenue sur Taisen Dynasties !
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
» Les Missions
Sam 10 Aoû - 14:22 par Admin 1

» La Voie du Vagabond
Sam 10 Aoû - 7:26 par Admin 1

» La Voie du Samouraï
Sam 10 Aoû - 7:12 par Admin 1

» La Voie du Ninja
Ven 9 Aoû - 11:59 par Admin 1

» IL EST CLASSE CE FORUM
Sam 3 Aoû - 23:04 par shikamarunura

» [Demeure de la Bunke] Intermezzo
Sam 6 Juil - 2:38 par Naoji Hyuuga

» Revelation
Jeu 27 Juin - 22:19 par PNJ

» [Mission] La tanière des loups (part.2)
Lun 24 Juin - 4:25 par Maître du Jeu

» "Amaterasu" (Été 2013)
Ven 21 Juin - 3:28 par PNJ

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 16 le Jeu 30 Avr - 23:00
naruto sasuke top 100
manga topsite
- Partenaires -




Partagez | 
 

 [Ninja] Reikenichi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Reikenichi
Ninja - Jonin
avatar
Traqueur de l'Uran
Points d'activité : 42
Messages : 31


Feuille de personnage
État Physique: En pleine forme
Réserve de Chakra: 20/20
Ryos: 5300
MessageSujet: [Ninja] Reikenichi   Jeu 14 Mar - 0:39


  • -= Vous en tant que personne =-

Nom : /
Âge : /
Je suis : /
Centres d'intérêts : /
Niveau RP : Correct
Comment êtes-vous arrivé sur Taisen Dynasties ? : /

  • -= Vous en tant que personnage =-

Prénom : Reikenichi (re-role Naoji Hyuuga)
Nom :
Âge : 20
Village, Voie et Grade souhaité : Kiri, Ninja, grade de Oi-nin (jonin)
Description physique :
Reikenichi est de haute stature, le muscle fin et saillant. Très tôt il c'est fait décoloré les cheveux tendant au blond quasi blanc. Des cicatrices plus ou moins épaisse se sont accumulé au fil du temps sur son corps, bien que discrète, certaine boursouflure au niveau de sa poitrine étale leurs violences. Aussi, le long de sa colonne vertébrale un tatouage sombre démarque une échine de dragon stylisé, deux grandes ailes osseuse viennent peindre ses omoplates tandis que deux plus petite amorce sa chute de rein. Le visage fin, il a les yeux d'un bleu spectrale, délavé comme un lagon au fond tapissé de neige.
Exhibitionniste et insensible aux désagrément de la douleur et des climats, Reikinichi est souvent maigrement vêtu, le torse nu, un long Hakama bleu ceinturé de ruban céruléen le drape. Un collier de chien à pique cerne son cou tandis que son avant bras droit est muni d'un genre de collant à fil noir et à maille large continuant jusqu'au bout de ses doigts capuchonné d'acier, la main gauche, elle, est serti de multiple bague en argent.

Description mentale :
Dérangé? Ce n'est pas tellement le mot, Reikenichi est clair dans son esprit. Éduqué dans les quartiers pauvres il a un mental d'acier, mais un regard d'une contemplation malsaine.1 Reikenichi est hanté par ça période adolescente entre la poésie et la vie de la rue. Son expérience souterraine l'a obligé à voir le monde différemment, plus étrange et malsaine que jamais. Depuis lors sa philosophie fait l'apologie de la souffrance et de la violence. Être docile au ordre, son ample connaissance du corps humain, de ses forces et fragilités, ainsi que les perditions psychologique et sensorielle l'on fait devenir un savant maître des tortures. Le plus perturbant chez Reikenichi c'est le plaisir sans nom que lui procure ce métier. Il est d'un sadisme et d'une perversité qu'il ne laisse transparaître que dans l'acte. Aussi ça grande maîtrise dans le domaine du Hojo-jutsu, le ligotage militaire, et du Shibari, lui a valu le surnom du "Pendu"... Il est un Nawashi, maître ligoteur qui a rarement vu son pareil.


Dernière édition par Reikenichi le Mer 20 Mar - 0:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reikenichi
Ninja - Jonin
avatar
Traqueur de l'Uran
Points d'activité : 42
Messages : 31


Feuille de personnage
État Physique: En pleine forme
Réserve de Chakra: 20/20
Ryos: 5300
MessageSujet: Re: [Ninja] Reikenichi   Mer 20 Mar - 0:00

Histoire :
 
« Je reconnais à l'homme ce qui est à l'homme, notamment son savoir souffrir. »
Reikenichi


Jardin zen. Palais des sens. Le saule abrite l'eau, et le vent torsade le sable beige. Un mandala muant à chaque bourrasque. Le temps transit, et la brume est bleue.
Impression.
Je fais rouler ma bague en argent entre mes phalanges, le regard distrait. Les fesses sur un rocher au bord du lagon. Le masque de Oi-nin pend à mon cou. Deux unités m'attendent sous l'arche ; j'ai un job à remplir, c'est pour ça qu'on m'a convoqué. Encore une séance. Il faut descendre. La pagode des sens perce la brume et l'aube, ces sombres ardoises resplendissent d'une lumière lunaire, et les murs immaculés son tinté d'ombre mauve. Un soleil à l'horizon. Jaune.
J'ai rejoint les deux anonymes. J'ai l'air d'un excentrique face à ces copies conformes. De la cape au masque, ce sont les mêmes. Ca fou la trouille les clones. L'un d'eux m'a ouvert une trappe. Descente aux enfers, je respire longuement cet air confiné d'atome d'obscurité. L'odeur est chaude, rance, il y a quelque chose comme de la verdure dessus. Je connais bien ce parfum, il a bercé ma jeunesse. Ça me fait frémir... comme l'herbe tout juste coupée, qui, de leurs têtes coupées éructent leurs fumées d'acier incisives de sève coagulée.
J'entre en second, encadré par mon escorte. Un prisonnier sur les voies de son exécution. Sans échappatoire...

J'ai grandi dans les quartiers pauvres. Et j'y ai toujours détesté le manque de beauté, d’érotisme. J'abhorre ce monde à un détail : Leur savoir souffrir. Connaître la puissance du sacrifice, de la douleur et du vide, y'a que ça de vrai, la beauté et l'érotisme, finalement, ce n'est qu'une plus valu. Je me suis vite mis ça en tête. Il n'y a de valeur au beau qu'au travers la laideur du carnage.

Il y a un homme, un lion en cage, il trépigne, fait les cent pas dans la fausse d'interrogatoire. Je passe le balcon, il me voit au loin, mon sourire lui répond. Son impatience se transforme en peur.

Des planches craquent sous mes pieds, derrière les panneaux j'entends des cris grisés. Le chuintement d'un doigt rampant une corde tendue... le bruit est asséché, râpeux. Une bouche dénuée de salive. Je m'agenouille devant le panneau, mon kimono se plisse, écoulement du tissu.

Le passage s'ouvre, la pièce est dans l'obscurité, des torchons rampent sur les murs de pierre. L'homme s’est figé à mon entrée. Frisson. Il a le teint blême, musculature d'araignée. Plusieurs semaines d'un régime drastique et forcé ont fait fondre sa jeunesse et sa force. Je m'avance vers lui.

Assis sur le tabouret, l'homme semble me regarder. Je prends mon temps aujourd'hui et il se laisse faire mue d'une passion brûlante. Les câbles rêches sinuent sa peau dénudée, le bruit du gros sable. J’installe les harnais, le hisse.

Claquement de doigts, des bougies s'allument juste au dessus de ma pièce de bouchée. L'homme pendu en une insolente et honteux positionne voit les flammes entamées la cire à une vitesse insolente. Il y a un crépitement comme un torrent dans ces flammes, des étincelles pulsionnelles. De la poudre à canon mêlé à la cire. Elle déchante, coule dans son récipient incliné.

La cire brûlante coule, goûte par goûter sur le corps tendu. Des plaques se formes, la peau rougie, vive, dilatée ; et les gémissements.

Flot de lave sur un corps boursouflé des cicatrices de ses dernières séances, encore purulentes. J'ai les doigts de la main droite munis de cutter électrique. À chaque nouvelle estafilade, dans un même coup, un soubresaut violent vient tendre le corps conditionner. Les cordes empêchent tout mouvement. C'est un contorsionniste sans espace que je toise dans sa frustration de ne pouvoir donner plus d'expression à sa souffrance.

Doucement, les lèvres se délitent dans la grammaire monosyllabique ou inarticulée du plaisir. Il s'entiche de mes brûlures, de mes frappes. Il n'est plus qu'un pantin de combat qui n'a que pour but d'être pour subir, coup sur coup, d'estoc et de taille. Le point médian de la vie à la mort. Jusqu'à l'explosion de son plaisir blanc.

Il y a une délicate différence entre supporter et apprécier. Cette délicate différence, tous les hommes ne la perçoivent pas face aux armes tirées, c'est un marasme d'adrénaline dans leur esprit. À la guerre, c'est à la vie à la mort, et finalement ce n'est que dans cette situation, cet effet de la guerre qu'est la torture, qu'ont saisi toute la différence entre supporter et apprécier. Et je joue sur cette corde vive, et inévitablement se sont les cordes vocales qui se délit d'elle-même... dans les deux sens du terme.

Endurance, Adaptabilité et Passion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin 1
Admin
avatar

Points d'activité : 415
Messages : 252

Traditionnel 1
MessageSujet: Re: [Ninja] Reikenichi   Mer 20 Mar - 0:09

    Sans aucune surprise, je te valide. Toujours aussi bon et sans aucune déception.
    Les Oi-Nin de Kiri sont appelés les Traqueurs de l'Uran, tu peux trouver plus d'infos dans l'encyclopédie.
    2000 ryos en poche et une "grosse" arme de ton choix, je te laisse choisir dans ta fiche de ton perso.

    Bonne route !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taisen-dynasties.1fr1.net
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Ninja] Reikenichi   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Ninja] Reikenichi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pourquoi devenir ninja ?
» [UPTOBOX] Ninja Assassin [DVDRiP]mp4
» achat équipement ninja
» ANTEY - c'est un bisounours-tortue-ninja et sa pote dora l'exploratrice
» TMNT RPG - Les tortues ninja.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Taisen Dynasties :: Inscriptions :: Fiches :: Fiches Validées-